Le directeur artistique est-il un artiste ?

Philo, devoir sur clavier. Vous avez deux heures.

Posons les bases.

 

Une bonne définition, ça ne fait jamais de mal. Selon le Larousse, un artiste c’est une personne qui a le sens de la beauté et est capable de créer une œuvre d’art. Bon. Les notions de beauté et d’œuvre d’art, c’est subjectif. Pour ne pas dire nébuleux. Rentrons dans le concret avec quelques catégories : un compositeur crée des morceaux, un musicien les interprète, un peintre… Ça, tout le monde voit. Un danseur, un comédien, un auteur… Ok. Ils pratiquent une discipline et expriment à travers elle, une sensibilité et une vision du monde.

 

Alors qu’en est-il de notre Directeur artistique (DA ou AD pour Art Director) ?

Sa discipline, c’est quoi ? Et peut-on le ranger dans la case artiste ?

 

DA, c’est d’abord un métier et il l’exerce en agence de communication. Dans notre cas, parce que ça existe aussi dans d’autres domaines comme la musique, mais c’est un autre sujet. Le nôtre donc, a forcément une appétence pour les arts visuels. Et le plus souvent, il les pratique lui-même : dessin, peinture, photo, vidéo.

Mais si vous achetez les services d’un DA, est-ce que vous achetez de l’art ?

 

Alors non, mais oui un peu.

La grande différence avec un artiste, ce n’est pas la vision que le DA a du monde, c’est sa traduction. Sa sensibilité, il la met au service des enjeux d’une marque.

Ce que vous achetez alors, c’est sa capacité à traduire un message par le biais d’une discipline qui, elle, est artistique. Et c’est ici qu’on retrouve la racine première du terme directeur. S’il n’exécute pas lui-même, il peut « diriger » un ou plusieurs artistes : illustrateur, plasticien, photographe dans l’exécution d’un travail qui répondra à une commande. Versus un travail qu’un artiste aurait fait pour exprimer… simplement ce dont il avait envie !

 

Quand il regarde une affiche en attendant son bus ou une pub qui le détourne de ses occupations, le DA ne se dit pas à « ah ouais je vais acheter ces fringues c’est trop mon style », il regarde ce que l’équipe de créatifs a proposé. Il veille, il s’inspire, il rebondit.

 

C’est un multi-potentiel qui a une pensée en arborescence. Il fait des liens pour récréer du neuf avec l’existant, car il doit toucher un inconscient collectif. Il doit surprendre le public tout en s’insérant dans ses références culturelles, sociales.

Sur ce point, il rejoint l’artiste : il fait de la recherche et de l’expérimentation. Mais ses choix se portent sur la réponse à un besoin alors que l’artiste s’arrête sur les expérimentations qui correspondent à ses goûts, à sa vision, pour les proposer à un public qui adhèrera ou non. Entre l’artiste et le DA, la connexion avec le public se fait différemment. De manière générale l’artiste propose. Le DA s’adapte.

 

Dans une limite qui ne trahit pas ses valeurs et convictions profondes, le DA remet constamment en jeu sa capacité à répondre à des objectifs qui ne sont pas les siens. L’artiste, lui, remet au travail sa vision et sa pratique d’une discipline.

Quand on est DA on entend parfois : je sais dessiner/j’ai Photoshop, je vais le faire, moi, ton logo !

 

De la même manière que vous ne ferez pas un Picasso juste parce que vous avez acheté de jolis pinceaux et de la gouache. Vous avez peu de chance d’improviser un logo, un bon message publicitaire ou une affiche engageante si vous n’avez pas l’expertise du secteur, la veille, les bonnes pratiques, la capacité d’adaptation et de conseil. La proposition visuelle n’est que la dernière étape et elle ne peut être pertinente que parce que les autres ont eu lieu en amont.

Après avoir trouvé l’idée qui traduira efficacement le message : ce professionnel de la relation marque et public, sera le garant de la mise en place du dispositif complet de votre communication. Déclinaisons digitales ou print, expérience utilisateur, événementiel, il s’assure de l’identité et de la cohérence de votre campagne et de son message.

Il est en connexion avec tous les autres métiers de l’agence. Il travaille souvent en binôme avec un concepteur-rédacteur, il dirige un photographe ou des artistes free-lance.

Voilà pourquoi il peut être tentant, mais difficile, de l’internaliser sans le reste de ses camarades. Ou alors, sous peine de lui en demander trop et de dire comme Jean Dujardin dans 99 francs « C’est mon DA, il est à moi »*.

 

A l’atelier, on a un DA et il est à nous. Mais comme on est vachement sympa, on vous le prête.

Newsletter #29