La pub, miroir de la société ?

Disclaimer ! Cet article ne pose que des questions et n’offre aucune réponse ! Si tu souhaites des réponses, passe ton chemin.

Dans la communication en général, si on demande à des gens d’incarner le message c’est dans le but que le public s’identifie.

De fait, cela implique que les visages choisis soient représentatifs, reconnaissables ou tout du moins que la cible y soit un tant soit peu présente.

De nos jours, on croise à longueur d’affiches/de vidéos/de story des « vrais gens ». J’en parlais dans un article il y a peu.  Et ces gens sont, de toutes les couleurs, de tous les genres et de tous les styles. Quand je dis de nos jours, c’est par opposition à des périodes pas si lointaines où nos affiches étaient recouvertes de blancs cis-genre bien peignés. Pour couper à toute langue de bois, je parle bien de pub sans noir ni arabe, gros, pédé, etc.

 

Je ne vais pas faire une énième rétrospective sur ce que la pub ne faisait pas. Pour cela il y à  de bons articles sur les noirs dans la publicité ou ce lien sur une publication du CEP (Conseil éthique de la publicité) de 2006. Cependant j’ai bien envie de poser deux secondes mon regard sur ce qu’elle fait aujourd’hui.

En ce moment on peut voir : des poils sous les bras, des fesses celluliteuses, des garçons qui s’embrassent à pleine bouche, des tatoués, des handicapés. D’un certain point de vue, on a envie de dire bravo, et d’ailleurs je le dis: bravo !  

Mais, est-on sûr que si ces profils sont visibles ce n’est pas justement pour montrer ce qui est accepté·able. Et de fait tracer une nouvelle norme ? Une nouvelle « bien pensance » ? Et d’ailleurs qu’est-ce qui est suffisamment rentré dans la norme pour être présent dans l’image sans en être le sujet ou comme le dit le CEP en 2006 « des minorités visibles de façon indifférenciée, c’est à dire dans des situations où des personnages de type occidental auraient aussi bien pu être représentés. » ?

 

On peut d’ailleurs se demander si le rôle de la publicité est de refléter la société. Elle le fait et c’est tout. Comme un lac reflète le ciel sans se poser de question. Ou peut-être comme un dictionnaire dont le rôle n’est pas de créer ou de normer le vocabulaire mais de le recenser tel qu’il est en usage à une période donnée.

Je m’amuse parfois à imaginer ce que des archéologues dans 10 000 ans pourraient penser en tombant sur nos affiches publicitaires. Peut-être que nous mangeons beaucoup, que tout le monde part en vacances tout le temps et à l’autre bout du monde, que se faire livrer est la solution préférée de tous les humains pour s’alimenter !

 

Ce reflet de la société, comme tout reflet, ne montre pas tout. Et pour autant il révèle beaucoup : les questionnements de la société, ses hésitations, ses tentatives, ses échecs et ses nouveaux standards.

 

Je ne vous avais pas menti, je n’ai pas de réponse tranchée sur ce sujet, en revanche je vous propose qu’on en parle ensemble. Choisissez la forme : 

 

  • Ptit dej “Com x Croissants” 
  • Groupe de discussion, “T’en penses quoi toi d’la Com ?” 
  • Dans les commentaires de l’article, on ne va pas se compliquer la vie non plus ! 
  • En message privé #jesuistimide 

Newsletter #29