Logo fail

5 raisons pour lesquelles une refonte de logo c’est casse-gueule !

Vous pourriez être tenté de penser que…

refaire un logo c’est une vraie pièce de gâteau et que c’est moins compliqué que de faire un logo à partir de zéro. Mais si je prends le temps de vous faire un article sur cet épineux sujet c’est justement pour vous démontrer le contraire !

Raison #1, ça ne coûte pas moins cher

Un logo qui existe déjà n’est pas une base qui facilite le travail de refonte. Le nouveau logo devra quoi qu’il arrive être pensé pour lui-même, dessiné de manière originale et donnera lieu à des mises à jour sur l’ensemble des supports de la marque. Un portraitiste ne prendrait sans doute pas moins cher pour faire le portrait d’une paire de jumeaux que d’un duo dissemblable lambda.

Changer un peu c’est changer tout.

Raison #2, ça ne va pas plus vite

Faire une refonte de logo ne permet pas de faire l’impasse sur l’essentiel travail de plateforme de marque. Dit autrement, le fait de se poser la question de pourquoi on change et dans quelle direction on doit aller. Moderniser, dynamiser, dépoussiérer ne sont que des adjectifs et non des briefs, encore moins des axes de positionnements. On reprend donc tous en cœur :

“c’est quoi l’histoire, c’est quoi les valeurs et si on parlait du territoire de marque au passage”.

Raison #3, ça ne garantit pas une reconnaissance assurée du public

 

 

 

Pire, cela peut même être tout l’inverse, en changeant son logo une marque change un peu son visage. Et de la même manière qu’on ne voudrait pas ne plus reconnaître les gens qu’on aime (genre sa mère si on l’aime), ne plus reconnaître sa marque c’est prendre le risque de ne plus autant l’aimer. On comprendra dès lors que certains annonceurs dépensent des sommes folles pour ne pas changer grand chose dans leur crainte du désamour de leurs clients.

 

Raison numéro 4, même en interne ça peut froisser

La crainte du changement, l’un des plus indéboulonnables moteurs de l’immobilisme.  On a déjà entendu des clients dire “si c’était bien pour mon grand-père je ne vois pas pourquoi ce ne serait pas bon pour moi”. La peur du changement peut parfois confiner à l’irrationnel, “pourquoi changer si ça à marché jusque là ? “. Si vous reconnaissez votre hiérarchie dans ce discours, quittez le navire. Garder ce qui fait la force d’une marque c’est du bon sens,

mais ne pas s’adapter aux évolutions c’est s’exposer à l’extinction.

Raison #5, même réussi bah ça peut rater !

bah oui des fois on ne sait pas pourquoi mais lors de la refonte on perd quelque chose d’impalpable et on dépense une énergie folle pour compenser les difficultés à faire adhérer aux nouveaux codes de la marque. Et puis en fin de compte, au bout de 2 ans on rechange. C’est dommage, il était joli mais trop temporel ou pas suffisamment adéquat avec le positionnement. Ou pire… à l’envers il ressemble à une quéquette, mais on ne l’a vu que 6 mois plus tard !

Conclusion, on ne change rien…

Non je déconne, bien sûr qu’on va se pencher sur votre refonte mais pas sans avoir bien regardé les constituants de votre marque et en intégrant l’interne au processus. Tout ça pour dire qu’une création de marque ou une refonte n’est pas un projet que nous prenons à la légère ou par-dessus la jambe.