Le rôle (incompris) du Chef de Projet

Recherche bras droit de confiance
pour sauver le monde.

En déplacement. Pro ou perso qu’importe, vous arrivez à l’hôtel. Ce à quoi vous aspirez, c’est la prise en charge totale de votre séjour dans l’établissement.

Vous aviez une demande spéciale concernant votre chambre mais vous constatez que la communication n’est pas passée… Deuxième déconvenue, l’ampoule de la salle de bain est cassée. Faute de personnel à cet horaire, l’ampoule ne pourra être changée que demain. Et contrairement aux infos du site web : les cuisines sont fermées.

Mauvaise transmission des infos, budgets mal gérés, coordination inexistante… 

vous vous dites que tout ça aurait besoin d’une bonne reprise en main d’un bout à l’autre de la chaîne de services. Et vous avez raison.

Dans le secteur de l’Hospitality Management*, ce qu’on appelle un majordome est un professionnel à haute valeur ajoutée aussi discret qu’efficace. Avec sa vision globale et sa connaissance minutieuse de chaque rouage, il fait en sorte que chaque prestation se passe dans les meilleures conditions pour le client. Et ce, sans que ce dernier n’assiste à l’agitation des coulisses, tout en permettant à l’établissement d’optimiser ses coûts de fonctionnement. Autant dire que c’est une perle rare dont aucune organisation ne saurait se passer.

 

Dans une agence de communication, cette pépite s’appelle un chef de projet.

Il coordonne, contrôle, facilite, met en relation, anticipe, adapte… bref, il sait (presque) tout faire et connaît tout le monde. Sur la globalité d’un projet, il représente 20 à 30% de temps alloué. Sur un devis, cela peut paraître beaucoup pour une fonction dont on a parfois du mal à voir ce qu’elle produit.

 

Alors revenons du côté de notre majordome dans son hôtel : pour couper dans les dépenses de l’établissement, imaginez qu’on le supprime (on sait, c’est violent).

C’est alors le réceptionniste qui devra tout gérer ? Ou encore les femmes de chambre en coordination avec le serveur du restaurant et le technicien de maintenance ? Mais sans connaître les spécificités, besoins et plannings de chacun de ces métiers, il est impossible de s’en sortir sans accroc. Les erreurs s’accumulent et on comprend bien que l’hôtel devra payer des frais non budgétés pour rattraper ses propres manquements et les insatisfactions des clients.

Pour notre chef de projet, c’est sa connaissance de toute la chaîne de production, son aptitude à gérer des prestataires externes et son habileté à mener tout ce petit monde dans une bonne entente, qui fera que le projet avance dans la bonne direction. Mais notre pépite veille aussi au strict respect du cahier des charges et donc du budget. Son suivi au quotidien lui permet d’anticiper les retards ou problèmes et de réagir efficacement si besoin.

 

Imaginez-vous devoir sauver le monde ! Euh pardon, on s’emballe un peu… 

Un exemple plus probable : démarrer, seul, la refonte du site internet de votre entreprise. Par où commencer ? Qui briefer et dans quel ordre ? Comment demander des modifications à un développeur dont vous ne connaissez pas le langage ?

Comme un majordome, votre chef de projet gère les équipes en coulisse et défend vos productions contre les ennemis de l’imprévisible. 

Quand on y pense… Bruce Wayne n’a jamais considéré Alfred comme une option. Bien qu’il œuvre dans l’ombre, il est le bras droit de confiance sur qui repose la réussite de chaque nouvelle mission.

 

« Vous m’avez vraiment fait peur maître Bruce, si vous étiez mort… Qui emploierait encore des majordomes ? »**

 

Atelier La Fille, digital fait main.

Newsletter #26