Bienvenue dans la jungle !

Si on s’en réfère au nom de l’intrépide* site « Welcome to the Jungle », faire son chemin dans le monde du travail, c’est comme faire une course d’orientation dans la jungle. Une jungle touffue, vivante, mutante et aujourd’hui mondiale.

Et dans cette forêt sauvage, un lâcher d’explorateurs a lieu chaque jour. Chacun cherche à se repérer, à trouver de quoi survivre ou encore à s’approprier un espace. Pour s’en sortir face à la concurrence et ne pas se faire manger, il vaut mieux connaître les règles du jeu et avoir quelques bons outils dans son treillis.

 

 

Alors venons-en au sujet qui nous occupe en cette rentrée : la marque employeur.

Et déjà, c’est quoi ce truc de marketeux ? Importé des États-Unis dans les années 90, cette appellation regroupe tous les aspects qui font de votre entreprise une marque attirante pour les talents en recherche d’un futur poste. Rémunération, congés et avantages se sont peu à peu éclipsés pour faire place aux notions de Qualité de Vie au Travail, de RSE, d’éthique, de plans de formation, d’entreprise à mission… Et avec le télétravail qui devient une norme, d’autres attendus sont appelés à venir compléter la liste.

 

Pour résumer, si votre marque employeur est travaillée, solide, attirante : vous n’avez plus besoin de recruter.

Les candidats, ces oiseaux migrateurs, affluent munis de leurs plus beaux CV.

Ça fait rêver, non ? Un rêve que beaucoup de recruteurs partagent depuis plusieurs mois, alors que le marché de l’emploi subit la « grande démission ». Ce phénomène qui voit ces jeunes ultra diplômés quitter leur premier emploi pour aller s’installer dans une ferme ou construire un écovillage. Ces encore plus jeunes qui ne commencent même pas un premier job et partent vivre à l’autre bout de la planète dès la fin de leurs études. Ou ces moins jeunes qui opèrent des reconversions dans les secteurs du bien-être ou de l’artisanat parce que les métiers du tertiaire et du service les ont vidés. D’après la Dares (le service de statistiques du ministère du Travail), en juillet 2021, le nombre de démissions de salariés en CDI avait progressé de 19,4% par rapport au chiffre de 2019.

Dans ce contexte, on n’a pas besoin de vous faire un dessin pour vous montrer l’importance de travailler sur sa marque employeur. Vite. Et bien.

D’un côté, le greenwashing et la langue de bois ne font plus recette. De l’autre, un recrutement raté, ça peut coûter très cher. D’autant plus si on manque de profils à recruter. Cf. la galopante « grande démission ».

 

Ce qu’il faut comprendre avant tout, c’est qu’aujourd’hui votre marque employeur ne vous appartient plus.

Si vous êtes patron, responsable RH ou manager, ça peut vous sembler violent… Mais les #balancetonagency ou #balancetastartup en sont les derniers exemples.

Votre marque employeur peut se faire cannibaliser en quelques clics par votre e-réputation.

Soigner votre présence sur les réseaux sociaux doit être un des leviers principaux de votre rayonnement en tant qu’employeur. Aujourd’hui tout se vit sur les réseaux : vos employés doivent avoir envie de relayer vos posts et être fiers de montrer qu’ils appartiennent à votre entreprise.

Finalement la bonne question à se poser c’est : est-ce que la marque employeur n’est pas devenue la marque tout court ?

Beaucoup d’entreprises ont déjà répondu.

Votre produit ou service est-il capable d’embarquer les consommateurs ? Alors, il embarquera les candidats. Mais les consommateurs pour être embarqués veulent plus que votre produit ou service. Comprendre comment il est conçu, connaître les conditions de travail des employés, l’éthique qui est représentée… Autant de sujets qui influent de plus en plus fort sur les décisions d’achats. Par leurs communications, vos ambassadeurs en interne sont autant à même de recruter leurs futurs collègues que vos futurs clients. Et vos clients donnent à votre entreprise une valeur d’image qui séduira les talents. La boucle est bouclée. 

Plus facile à dire qu’à faire, mais incontournable, la bonne posture aujourd’hui, c’est la congruence. Aligner ses valeurs avec ses propos et ses actes, parce que comme disait la pub : « ce qu’il fait à l’intérieur, se voit à l’extérieur. »

http://www.culturepub.fr/videos/danone-bio-le-corps/

 

*ok j’avoue, je suis un peu fan (Ndla).

Newsletter #33